Drones et éoliennes : à quelle distance peut-on voler?

07/12/2020

De plus en plus de drones volent sur de longues distances, disparaissant de la vue du pilote. Il s’agit de vols dits BVLOS ou Beyond-visual-line-of-sight. L’espace aérien fait donc entièrement l’objet d’une cartographie, afin que les pilotes puissent toujours tenir compte des obstacles. Mais les éoliennes présentes dans le paysage belge ne facilitent pas toujours ces vols BVLOS.

L’organisation du rayon d’action

Le paysage belge compte en effet plus de 500 éoliennes qui ont toutes été cartographiées pour garantir la sécurité des vols de drones. Les éoliennes constituent des obstacles particuliers dans l’espace aérien : leurs pales déplacent une grande quantité d’air, créant des turbulences jusqu’à un kilomètre de distance. Ces turbulences affectent la stabilité de vol tant des drones que des avions. Les éoliennes ont en outre une hauteur d’au moins 120 mètres, et les drones ne peuvent pas passer par-dessus. Il est donc essentiel de savoir à quelle distance le drone doit rester d’une éolienne en fonctionnement pour pouvoir la contourner en toute sécurité.

Testé au parc éolien Aspiravi à Lommel

C’est la raison pour laquelle Citymesh, Maxicon et Aspiravi ont uni leurs forces. Les pilotes de drones ont effectué des tests approfondis au parc éolien de Lommel. Ces tests leur ont permis de déterminer la distance minimale de sécurité à respecter entre le drone et une éolienne. Cette distance dépend beaucoup de la masse, du type et de la taille du drone, ainsi que de la taille de l’éolienne. Pour évaluer ces différents facteurs, les pilotes ont répété le test avec différents types de drones.

Ils ont ainsi réussi à déterminer la distance minimale de sécurité et à optimiser davantage le rayon d’action des drones.

Des vols BVLOS pour les services d’urgence et dans la zone portuaire

Grâce aux résultats de ces tests, Citymesh peut désormais se mettre au travail. Citymesh propose des drones « as a service » aux services d’urgence tels que les pompiers et la police. Les pilotes guident ces drones depuis le centre de commandement du Citymesh à Oostkamp. Le Safety Drone sera également bientôt utilisé dans les ports qui comptent un grand nombre d’éoliennes.

Le groupe Aspiravi utilise les résultats des tests à sa manière : il peut désormais mieux évaluer quand il est nécessaire ou non de mettre les éoliennes hors service, par exemple lors de grands événements ou de vols de drones. De cette façon, les inconvénients pour les deux parties sont limités, et Aspiravi peut recourir aux services nécessitant des drones, comme les vols d’inspection et les livraisons de colis.

Now this is it.
Time for action.

Notre collaboration commence ici ! Contactez notre équipe de professionnels des réseaux et faites-nous part de votre mission. Ensemble, nous sélectionnerons les meilleures solutions et ferons passer votre organisation à un niveau supérieur.